Himeji : Les corridors

Vous attendez le château d’Himeji ?

Encore un peu de patience. D’abord je vous fais visiter les corridors qui entourent le château.

Avec le guide et Mirjam (elle écoutait, contrairement à d'autres...)

Avec le guide et Mirjam (elle écoutait, contrairement à d’autres…)

J’ai réussi à retenir quelques éléments historiques cependant. Lorsque le pays était en guerre, les shoguns venaient souvent se loger au château d’Himeji, loin des grandes villes d’Osaka et Kyoto, afin de savourer une paix toute relative pendant que les guerriers et samouraïs se battaient.

Mais au début de la période Edo (et donc le début de l’avènement de Tokyo, la nouvelle capitale, appelée Edo à cette époque), les guerriers n’étaient plus sur les champs de bataille et il fallait bien les loger. Le shogun et sa famille, s’étant installé à Edo, accordèrent à de nombreux guerriers de se loger au château d’Himeji.

Ainsi, lorsque le château était occupé par la famille du shogun, ces corridors étaient les lieux d’habitation des femmes de chambres et des servantes. Lorsque le pays n’était plus en guerre entre les clans, ce lieu était habité par des guerriers au repos.

Chambre

Chambre

Tout au long du couloir, des chambres plus ou moins grandes, qui étaient partagées par plusieurs personnes. La majorité des éléments sont d’origine (seuls quelques rebords de fenêtre ont été consolidés), aussi il était très facile d’imaginer les conditions de vie dans ces logements… On avait beau être en pleine journée, par une journée assez douce pour l’hiver (il faisait froid mais on a eu pire), il faisait vraiment pas une température agréable là dedans. On ne sentait pas le vent (et heureusement), mais les murs étant fins, les vitres étant en papier de riz, ainsi que les portes des chambres… l’isolation n’était pas au top !

Et bien sûr, comme tout était en bois, interdiction d’allumer un feu pour réchauffer une pièce ! Ajoutez à ça les kimonos de l’époque (c’était pas de la fourrure ou de la laine hein)… Oh mon dieu. Moi qui me plaignait déjà du froid à DK house, là dedans j’aurais jamais pu survivre.

Corridors (1) web

Les planches en bois de ce couloir sont des volets qu'on ferme depuis l'intérieur. Température intérieure = Température extérieure.

Les planches en bois de ce couloir sont des volets qu’on ferme depuis l’intérieur.
Température intérieure = Température extérieure.

La vue est pas mal cependant.

La vue est pas mal cependant.

Vous vous souvenez de l’article précédent ? Avec les blasons des clans ? Il y en avait d’autres dans une des chambres. Tous ces détails, pour des tuiles uniquement, c’est superbre.

A quel clan ce blason appartient-il ?

A quel clan ce blason appartient-il ?

Au lieu de regarder dehors du coté ville, je me tourne vers les fenêtres qui donnent sur les petits jardins dans l’enceinte du château. Encore un petit château au loin 😉

Corridors (6) web

Patience, il arrive !

Puis en regardant plus loin vers les autres corridors… Oh, mais, c’est pas une tête de gaïsha ça ? o.O

Corridors (8) web

OOOOOHHHHHHHHHH !!!! 😀

Bon, grosse déception. C’était belle et bien une gaïsha… Mais c’était une statue. Quelle naïve j’ai pu être, de croire que des gaïshas avaient été embauchées temporairement pour se montrer dans une partie du château…

Corridors (9) web

Pour chasser la déception, je me suis tournée vers les fenêtres, encore une fois. J’aime vraiment beaucoup cette architecture, je la trouve reposante, calme et harmonieuse.

Corridors (10) web

Est-ce que vous voyez le rebord qu’il y a tout le long des corridors sur cette photo ? Au temps où les femmes habitaient dans ces constructions, comme les hommes n’avaient pas le droit d’entrer, les maris venaient rejoindre leur femme par ces petits chemins, appelés ironiquement « le chemin des chiens ». A cette époque, bien que la femme avait pour rôle d’épauler son mari uniquement (sans travail véritable, sauf si ça permet d’aider le commerce du mari par exemple… Tiens, on parle vraiment du passé là ?), il y avait cependant un certain respect envers les femmes, qui montraient à de nombreuses reprises lors des guerre qu’elles pouvaient tenir des commerces et maintenir l’activité économique par elles-mêmes lorsque l’homme était parti se battre. C’est dommage que, lorsque l’homme rentre, la femme reprenne sa place de soumise… Mais ça, c’est un autre sujet 😉
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s