Le courage amoureux

Ils viennent de passer une autre journée agréable ensemble. Ça n’est pas la première fois qu’ils se voient, mais cela reste toujours très sage, les mains osent à peine se frôler, les joues deviennent roses aux moindres regards qui se croisent.

Ils sont désormais sur le quai de la gare. Leur énième rendez-vous se termine, sans toujours rien de concret, sans aucun sentiment dévoilé, mais des promesses de se revoir bientôt, quand l’un et l’autre auront le temps, c’est-à-dire dans une semaine ou deux.

Le train arrive. Les derniers mots s’échangent alors que les portes s’ouvrent. Le garçon entre dans le train, se retourne et regarde cette fille qu’il aime tant. Dans un soudain mais si rare élan de courage amoureux, alors que la sonnerie annonçant la fermeture des portes retentie, il ose dire ces mots à la jeune femme qui lui fait des coucous mignons de la main.

« Au fait, Maya, je t’aime.

– Quoi ? »

Juste le temps d’entendre l’étonnement dans la voix de la jeune femme, de voir la surprise sur son visage aux émotions pourtant toujours très contrôlées, que les portes se ferment déjà.

Le train repart. Enfin, il a pu lui avouer. Il sait qu’il ne recevra pas de message ou d’appel imminent demandant des explications, et peut-être fera-t-elle même semblant de ne pas avoir compris, ou d’avoir oublié ces quelques mots, à la fois par gêne et par incompatibilité avec les codes sociaux. Mais pour l’instant il ne s’en inquiète pas, car il découvre les effets de sa déclaration : l’adrénaline, le cœur qui bat trop vite, la fierté d’avoir oser faire face à ses sentiments pendant ces quelques secondes.

Puis, se rendant soudain compte de la présence des autres autour de lui, dont la moitié prétend ne pas avoir entendu sa déclaration et l’autre se permet de le juger allègrement du regard, la honte et la gêne le traversent. Faignant de n’être à nouveau qu’un homme parmi la foule, il se fraie un chemin parmi les corps serrés, saisi une poignée suspendue, et sort son téléphone pour se plonger prétendument dans un jeu quelconque.

Mais ses pensées, elles, vagabondent vers la jeune femme qui fait battre son cœur, imaginant mille et un scénario à propos de la suite de leur relation.

Histoire imaginée à partir de la citation entendue un soir, dans le train, en rentrant du travail. Les Japonais sont parfois étonnants 🙂

L’image en première est une oeuvre de Tokyogenso’s que je vous à découvrir ici (en attendant que je prenne une photo des stations de train japonaises 😉 )

Publicités

4 réflexions sur “Le courage amoureux

    • Merci ^^ j’étais assez timide de publier cette histoire à vrai dire… car c’est complément différent de ce que j’écris d’habitude, et que, encore plus que les photos, les histoires que j’écris sont très intimes. Elles ne parlent pas de moi, mais j’ai toujours l’impression que, si quelqu’un lisait, il découvrirait tout à mon propos… et ça me rend tellement timide !
      Du coup, je ne sais pas si je vais continuer ce genre d’histoires. J’en ai quelques unes en stock, mais comme personne ne m’a donné d’avis dessus, je ne sais pas si ça a plu ou non…
      Visiblement tu as aimé, merci 🙂

      J'aime

      • Oui ça te dévoile forcément d’exposer ton style d’écriture, mais en même temps tu choisis ce que tu écris, et tu fais un cadeau au lecteur ^^
        Si jamais tu te décides d’en poster d’autres je les lirais avec attention ! 😀

        Aimé par 1 personne

      • Ahhhh, c’est trop mignon, merci !
        J’avais une histoire à propos d’un gardien de bibliothèque aussi, je verrais si je la mets ou non 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s